Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 avril 2006

Abbaye du Mont Saint Michel

medium_4_Abbaye du Mont Saint Michel.jpg



Composition : l’importance du 1er plan

Bien sûr, cette n’est pas exempte de défauts et je vous invite d’ailleurs à me donner des conseils pour la reprendre lors d’une prochaine visite du Mont.
Ma plus grande déception était ce temps variable, très peu ensoleillé, et l’heure de la journée qui plaçait cette vue en contre-jour. Mais il s’agit des aléas de la photo qui demande de la patience et un repérage précis pour déterminer le meilleur moment pour la prise de vue.

Ce jour là, je me promène sur les remparts qui ceinturent le Mont Saint Michel.
D’un côté, la Baie, immense, avec un horizon qui se perd entre ciel et marais salants.
De l’autre côté, la rue, en contrebas, avec ces maisons moyenâgeuses qui montent bien au-dessus des remparts. Et surtout, cette silhouette si caractéristique du Mont, en forme de pyramide, qui nous domine de toute sa hauteur.
Et justement, un peu comme Napoléon devant la Grande Pyramide, on pourrait dire admiratif « songez que du haut de ce monument, 13 siècles vous contemplent » …

Comment donc photographier cette « institution » ? Ce site parmi les plus visités de France sans tomber dans la banalité ? C’est qu’à force de voir des photos de cet endroit, même le moins passionné devient exigeant !

Je poursuis donc mon chemin, passe devant l’hôtel de la Mère Poularde, et là, je me retrouve face à cette maison aux poutres apparentes et à la façade peinte en jaune.
Fasciné, je pense d’abords en faire le sujet principal.
Pourtant il y va en photographie comme en habillement : il est bien plus efficace de suggérer que de montrer …

Je décide donc de faire une photo d’ensemble, dans laquelle cette maison fera office de 1er plan avec l'abbaye et la flèche de l’Archange en sujet principal.
L’idée me semble d’autant plus judicieuse que la forme en triangle du sommet de cette maison fait un parfait rappel avec la forme pyramidale - ou triangulaire - du Mont.

Ce choix étant fait, comment ajuster la composition pour avoir une image à la fois dynamique et stable ? Pour moi, une image est dynamique quand le regard bouge d’un plan à un autre et stable lorsqu’il n’est pas tenté de sortir du cadre.

- Pour le dynamisme, une composition verticale : le regard étant barré en bas par la poutre horizontale de la maison, il part en avant, en contre plongée, rebondit sur le toit de cette maison, puis sur les contours de l'abbaye pour se perdre enfin dans la pointe formée par la flèche de l’Archange.

- Et pour ne pas sortir de l’image par les côtés, je coupe légèrement le triangle du 1er plan sur la gauche ; je me déplace pour décentrer la pointe de la flèche de la pointe du toit et enfin, j’englobe une partie des toits sur la droite dont l’inclinaison dirige à nouveau le regard vers le haut.

Décidément, il n’y avait pas de meilleur endroit pour photographier le Mont !

Philippe Piquot


Boîtier Minolta 7Xi
Objectif Minolta 28-105mm f3.5-5.6 en position 35mm
Pellicule prédécesseur de la Sensia 200ASA (diapo)


PS : voici quelques sites utiles pour ceux qui souhaiteraient visiter le Mont ou en savoir plus sur son histoire ...

Office du Tourisme du Mont Saint Michel
Abbaye du Mont Saint Michel
Un moyen exceptionnel pour découvrir le Mont et sa baie : la traversée avec un guide

Creative Commons License
Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.