Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 avril 2006

Enfants berbères

medium_3_Enfants berbères.jpg



Cette a été prise à l’occasion d’un trekking dans le Haut Atlas marocain. C’est une zone de montagnes arides, sèches et rocailleuses dont le sommet culmine à 4167m.
Au mois d’août, vers 3000m d’altitude, il fait bien 30C° à l’ombre le jour et il gèle la nuit.
Les villages, berbères, que nous avons traversés, s’accrochaient aux pentes du massif. La vie y était rude. Les gens refusaient tout contact avec les étrangers, jusqu’à s’enfermer chez eux à notre passage. Pourtant, si notre guide reconnaissait l’un des siens, nous étions accueillis avec chaleur et invités à partager ici le repas, là une fête traditionnelle.

Dans le village de ces enfants, nous n’étions pas attendus. Ils ont donc déguerpis comme à l’habitude mais un seul est resté, le jeune homme aux cheveux frisés. La conversation s’est aussitôt engagée car il était aussi désireux d’en apprendre sur notre vie que nous sur la sienne.

Il nous a raconté qu’il avait 16 ans. Il était très assidu à l’école, pourtant loin du village, et son ambition était « d’aller à la ville » pour entrer au collège et devenir instituteur. Dans son regard brillait toute sa détermination. En même temps, il émanait de lui une assurance tranquille qui montrait à quel point il croyait en son destin.

C’est ce regard et cette attitude qui me captivent lorsque je regarde cette photo.
Sans lui, les autres enfants n’auraient pas osés s’approcher et sans leur présence, la photo serait restée banale.

En effet, si ce jeune homme accroche nos regards, le groupe d’enfants les retient. Il y a tant de choses à lire, à imaginer dans leur attitude, dans leurs vêtements, dans la poussière dont ils sont couverts et jusqu’à leur culture … Remarquez-vous par exemple qu’il n’y a que des garçons ? qu’ils sont tous rasés, à l’exception du jeune homme ?

Cette photo captive et elle interroge en même temps.

Au quotidien ou en voyage, il y a 2 manières de prendre en photo un groupe ou une personne :
- A la dérobée, pour figer une expression, une mimique, ou bien l’instant.
Le résultat est souvent hasardeux : le regard se perd facilement car ceux des sujets convergent rarement vers le même point. Quant aux expressions, c’est « au bonheur la chance » ...
- Vous pouvez aussi préparer la photo et prévenir les « sujets ».
La composition sera sans doute meilleure, l’éclairage aussi, mais le risque est d’avoir une image convenue et de faire ressortir la gêne qu’ont beaucoup de personnes à être prises en photo.

Si je peux vous donner un conseil, un seul, c’est celui-ci : créez une relation avec vos « sujets ». Mettez-les à l’aise et ne prenez la photo qu’avec leur consentement, lorsqu’ils sont prêts. Certes, vous raterez peut-être des occasions, mais vos photos auront plus de force.

Depuis ce voyage dans le Haut Atlas, 10 années ont passé. Je me demande toujours ce qu’est devenu ce jeune homme ? S'il a réalisé son rêve de devenir instituteur ?


Boîtier : Minolta 7Xi
Objectif : Minolta 28-105Xi f3.5-5.6
Pellicule : l’ancêtre de la Sensia 100 (il faudra que je vérifie l’original dans mes cartons !)

Philippe Piquot

Creative Commons License
Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.

Commentaires

J'étais passé à côté de cette photo et de cette histoire et me voilà maintenant tout comme toi plongé dans le mytère de cet enfant et même si je ne l'ai pas connu, j'aimerais aussi savoir ce qu'il est devenu.

Merci encore de nous faire vivre tout cela à travers tes photos.

Écrit par : Bernie | 03 mai 2006

Merci Bernie, encore, encore ! non ... on va finir par croire que j'utilise un pseudo pour dire du bien de mes notes !!! ;-) heureusement qu'on peut voir ton travail concrètement sur ton blog ! http://www.canalblog.com/cf/fe/tb/?bid=58308&pid=1806789
j'en profite en plus pour tester ces rétroliens dont je ne comprends toujours pas la moitié du fonctionnement !!!

Écrit par : Photigule | 03 mai 2006

Les commentaires sont fermés.