Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 avril 2006

Papillon Demi-Deuil

medium_2_Papillon Demi-Deuil.jpg



En cette belle journée de printemps, je me promène dans le sud de l'Essonne, à travers champs, lorsque je débouche sur une terre en jachère.
Il y a là une profusion de graminées dont les tiges montent jusqu'à 1m du sol et quelques centaurées dont la couleur mauve tranche avec le vert-paille des hautes herbes.
Je me dis que cette scène forme une belle composition pour une photographie d'insectes. En effet, le fond est clair, uni ; rien d'autre que cette fleur, accrocheuse, ne peut attirer le regard dans l'image que je compose mentalement.

Maintenant, il me reste à patienter en attendant qu'un des papillons qui virevoltent au dessus des herbes veuille bien faire de cette fleur son repas.
J'ai posé mon trépied, monté un objectif 105mm à une ouverture moyenne (5,6-8) afin que l'arrière-plan soit présent sans perturber la lecture du 1er plan. Et j'attends ...

Il aura tout de même fallu une demi-heure pour qu'un papillon daigne se poser sur la fleur et se décide à en goûter le nectar ! D'autres avant lui s'étaient bien posés, mais sans cette intention d'y rester un moment : leurs ailes pousuivaient leur battement et chaque mouvement agitait la fleur en tous sens.
A une vitesse de 1/60em, je pouvais espérer les saisir, mais je craignais que la netteté ne soit que relative. Et puis ce que j'attendais vraiment, c'est ce moment où le papillon s'apaise et prend son temps.
En regardant la , il se dégage une impression de sérénité car le décor est en place et l'artiste, en scène, nous dévoile sa beauté, sans artifice.

Le petit plus est formé par le bouton d'une deuxième centaurée, au second plan, et par les lignes fuyantes des hautes herbes. Ces 2 détails viennent occuper l'espace laissé volontairement vide à droite, le but étant de faire "respirer" l'image.
Ces détails, je les attendais avec fébrilité au développement car trop présents et ils faisaient perdre de la force à la partie gauche de l'image ; trop absent et le regard, après s'être posé sur le papillon s'évadait du cadre par la droite.


Boîtier Minolta 9Xi
Objectif Sigma 105mm f2.8
Accessoire : filtre polarisant
Pellicule Sensia 100ASA (diapo)

Philippe Piquot

Creative Commons License
Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.

Commentaires

ouaou ! quelle photo ! cé 1 super idée aussi de les commenté ! je fais de la photo depuis quelques années et j'espere bien en faire des comme çà un jour ...
une question : tu en a pris combien du papillon pour en avoir une de réussie ? tu comptes aussi montrer des bandes-contact un jour, comme les pros ?
Coninue tes photos !!! altavista
Phil008

Écrit par : Phil008 | 06 avril 2006

Merci pour le compliment ! je suis certains que tu en feras aussi de pareilles car c'est plus un travail de patience que de matériel. Quant au savoir-faire, il vient avec la pratique et l'application de quelques règles de base ; je ne t'apprends sans doute rien ;-)
En fait, je n'ai pris que cette photo ce jour là (sur ce sujet) car j'étais à peu près certain de mon coup. Maintenant, je me dis qu'en prendre d'autres aurait eu une valeur pédagogique !!! je me suis rendu compte que l'essentiel était de bien préparer le sujet, plus que de shooter longuement car le résultat est (en ce qui me concerne) très hasardeux : je me disperse et perd de vue les points clefs qui font le sujet. Evidemment, çà ne s'applique pas à d'autres sujets comme le reportage, les scènes de rue où l'instant est unique.
@+
Photigule

Écrit par : Photigule | 06 avril 2006

Les commentaires sont fermés.